Les sites de Kernansquillec et des papeteries Vallée

La renaissance d’une vallée

Démantèlement du barrage de Kernansquillec

La vallée du Léguer est aujourd’hui réouverte. Le barrage de Kernansquillec a été le premier barrage effacé sur une rivière à saumons en France. Construit en 1920 pour les besoins industriels d’une papeterie, son démantèlement a été décidé par l’Etat, suite aux crues de Janvier 1995, pour des raisons de sécurité publique. Les communautés de communes de Beg ar C’hra et du pays de Belle Isle en Terre (aujourd’hui Lannion-Trégor Communauté et Guingamp Paimpol Armor Argoat Agglomération), riveraines du site, devenu co-propriétaires, se sont associées depuis cette époque dans une ambitieuse opération de réhabilitation exemplaire. Des travaux importants de mise en valeur des vestiges du barrage et de remise en état des berges ont été entrepris.

Un site naturel exceptionnel s’ouvre dorénavant au public. Les herbages retrouvés sont entretenus, par des animaux en agriculture biologique. Un sentier à thème a été créé permettant de découvrir l’histoire de ce site.
Depuis le mois de mai 2017, le site est également réouvert à la pêche en no kill (remise du poisson à l’eau)

Retrouvez de belles images du site filmés avec un drone par Olivier Marlec :

Des papeteries vallée à la vallée des papeteries.

Rencontre d’art et de mémoires autour de la métamorphose du site industriel des papeteries vallée

La destruction du barrage de Kernansquillec a donné le coup d’envoi d’une politique de reconquête et de valorisation du patrimoine industriel de la région de Belle Isle en Terre, fortement lié à son territoire, à ses habitants.

Les papeteries vallée, installées en 1855, ont fermé depuis 1965, laissant place à une vaste ruine dans le fond de la vallée du Léguer. C’est tout naturellement que la population locale s’est mobilisée afin de sauver le site industriel d’une disparition certaine. Après un travail de réflexion et de concertation, la première étape de valorisation du site a vu le jour en mars 2006. A débuté alors un vaste chantier de dépollution de l’usine suivi de travaux d’aménagement paysager pour une ouverture au public réalisée en Juillet 2007.

De 2005 à 2007, des artistes ont réalisé un travail de collectage afin de recueillir les témoignages des anciens ouvriers de l’usine. Durant cette période, ces artistes ont tenté d’enraciner cette mémoire collective et d’inscrire dans le quotidien des habitants, la renaissance des Papeteries Vallée,en invitant le public à participer à de nombreuses propositions d’animations.

Ainsi, grâce à un projet audacieux porté par les communautés de communes concernées et nourri de l’énergie associative locale et de l’investissement de la population, les papeteries Vallée connaissent un second souffle à travers un rayonnement culturel et artistique bénéfique à l’ensemble du territoire.